Assurance de prêt

Publié le 22 août 2014

La part de l’assurance de prêt a doublé en 5 ans !

Pour diminuer le coût global de son crédit, négocier l'assurance emprunteur associée est une étape clé ! Vous pouvez réaliser de vraies économies, de manière très simple. Pour comprendre comment ça fonctionne, suivez le guide.

Une part qui passe de 18 à 31 % en 5 ans !

Depuis quelques mois, les taux du crédit immobilier ont amorcé une baisse continue. Le taux moyen vient d’enregistrer un niveau historiquement bas de 2,85%, ce qui constitue une bonne nouvelle pour les emprunteurs dans la mesure où cela allège considérablement le coût de leur crédit. Cependant, le poids de l’assurance emprunteur dans le crédit immobilier tarde à suivre cette tendance. Ce qui fait que depuis 5 ans, cette part a augmenté de 13 points passant de 18% à 31%. La part que prend l’assurance dans le coût total d’un emprunt a ainsi presque doublé ces 5 dernières années.

Des tarifs 2 fois moins chers grâce à la délégation d’assurance.

Cette assurance est quasi-obligatoire lors de la signature d’un accord de prêt et elle fait partie intégrante des charges annexes liées au crédit immobilier. Elle est exigée par la banque émettrice du prêt et peut être souscrite auprès de cette même banque ou auprès d’un assureur. Ainsi, le client a le choix entre l’assurance proposée par sa banque, qui est généralement plus onéreuse ou contracter auprès d’un assureur. Selon les analystes, opter pour cette délégation d’assurance reviendrait deux fois moins cher à l’emprunteur et réduirait par la même occasion le poids de l’assurance à 10% du coût total du crédit.

Ne pas confondre assurance décès-invalidité et assurance perte d’emploi.

Cette assurance de prêt est généralement de deux sortes : l’assurance décès-invalidité et l’assurance perte d’emploi. La première est obligatoire et est calculée soit par rapport au montant emprunté, soit au prorata du capital restant dû ou encore à raison d’un montant forfaitaire annuel. Elle protège à la fois les héritiers de l’emprunteur et la banque émettrice du prêt. Par contre, l’assurance perte d’emploi n’est pas exigée par les établissements bancaires mais elle est fortement recommandée dans la mesure où l’emprunteur sera couvert en cas de chômage. Ce dernier pourra jouer le courtier en comparant les offres proposées par les différents assureurs et faire jouer la concurrence pour faire baisser le coût de son emprunt.

Assurance de prêt
Protégez votre emprunt
Et faites des économies
Démarrer l'étude
Étude gratuite et sans engagement.