Crédit immobilier

Publié le 31 décembre 2012

La distribution de crédits immobilier en chute libre

"Les taux de prêt immobilier n'ont jamais été aussi bas depuis la Libération". C'est une formule que vous avez entendu partout : des journaux télévisés à la presse écrite. Mais il est une autre chute qui n'était pas plus attendue par les professionnels, celle de la distribution de crédits immobiliers.

Des taux en baisse …

Les taux sont très favorables à l’investissement dans la pierre. 2012 a été une année record en terme de chute de ces taux d’intérêts, quelques soient les marchés (neuf, ancien, travaux).
Au 4ème trimestre 2012, le taux moyen global a atteint 3,29%. L’Observatoire du crédit Logement nous fait part d’un recul de 73 points de base depuis mars 2012 ! Avec un taux final en décembre de 3,22% en décembre.
Fait exceptionnel : 95,7% des crédits immobiliers distribués en 2012 l’ont été sous la barre symbolique des 4%, contre 60,7% en 2011.

2012 a donc été une année faste pour qui avait un projet immobilier en tête !

… mais une activité du marché des crédits immobiliers en berne

Malgré tout, le marché du prêt immobilier ne se satisfait pas de cette année écoulée.

En effet, l’Observatoire du Crédit Logement révèle également un recul de la production de crédits immobiliers (observé sur glissement annuel) de – 26,4% en France sur l’année 2012.

Comment expliquer cette chute ?
Plusieurs éléments peuvent contribuer à répondre à cette question.
Tout d’abord la suppression du PTZ+, dans l’ancien, en janvier 2012 a fortement contribué à refroidir les ménages les plus modestes qui ont souvent renoncé à leur projet immobilier. L’investissement dans le neuf a également subi des variations affectant la distribution de prêt immobilier, du fait cette fois de la modification des conditions d’accès à ce nouveau Prêt à Taux Zéro.
Il faut aussi prendre en considération qu’il n’y a eu aucune véritable baisse des prix de vente des biens, ce qui n’a pas permis à de nombreux particuliers – toutes classes confondues – d’investir, malgré la chute des taux d’intérêts. Chute qui d’ailleurs arrive à un plancher, qui n’ouvre donc pas de perspectives positives quant à l’augmentation de la distribution du nombre de crédits.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette étude en suivant ce lien.