Crédit immobilier

Publié le 12 février 2015

Bien évaluer sa capacité d’emprunt et son taux d’endettement

Avant de se lancer dans un projet d'achat immobilier, il est indispensable de connaître sa capacité d'emprunt. En calculant notamment son taux d'endettement.

Lorsque l’on souhaite devenir propriétaire, l’une des premières choses à faire est de déterminer le budget que l’on est capable de consacrer, chaque mois, au remboursement de son emprunt. Pour cela, il faut notamment calculer son taux d’endettement.

Qu’est-ce que le taux d’endettement ?

Le taux d’endettement est la part des revenus qui est consacrée au remboursement des crédits (et/ou loyers). Il exprime la capacité d’un ménage à rembourser un prêt. Avant de souscrire un prêt immobilier, si vous avez déjà des crédits en cours (crédit automobile, crédit immobilier déjà en cours, crédit à la consommation…) vous devez donc en tenir compte dans votre calcul pour évaluer votre taux d’endettement après le nouveau prêt. Pour facilement calculer votre taux d’endettement vous pouvez utiliser la calculette Crédit Immobilier Direct.

A quoi sert le taux d’endettement ?

Le taux d’endettement est un indicateur pris en compte par la banque pour accorder un prêt, notamment un crédit immobilier. En théorie, les organismes financiers exigent au seuil maximal d’endettement de 33%, même si certaines banques acceptent des dossiers excédant ce pourcentage en fonction du reste à vivre. Prenons un exemple. Un foyer disposant de 5000€ de revenus nets mensuels, pourrait se voir accorder un prêt avec un taux d’endettement de 40% car leur reste à vivre de 3000€ serait considéré comme suffisant. Le reste à vivre dépend de nombreux critères individuels, c’est pourquoi chaque personne est la mieux placée pour apprécier le sien.

Que doit-on inclure dans les charges et les revenus ?

Chaque banque a ses propres règles concernant les revenus et les charges à prendre en compte pour calculer le taux d’endettement, mais on peut déterminer certaines généralités. Les revenus fixes sont toujours inclus dans le calcul ; il s’agit des salaires nets, des revenus professionnels non-salariés, retraite… Certains établissements bancaires pondèrent les revenus dits « spécifiques », les pensions d’invalidité, les pensions alimentaires, les allocations familiales, les allocations logements et les revenus fonciers. Ne sont pas retenues les allocations chômage. Quant aux charges, il s’agit uniquement des mensualités des différents prêts. Sont donc exclues les charges de la vie courante comme l’électricité ou le budget alimentaire.

Crédit immobilier
Obtenez le taux le plus bas !
Et réalisez votre projet immobilier
Démarrer l’étude
Étude gratuite et sans engagement