Crédit immobilier

Publié le 4 août 2014

Comment faciliter l’investissement des français dans l’immobilier ?

Michel Cousin, président de la SOPIC, propose une nouvelle mesure choc pour relancer le marché de l'immobilier en aidant les primo-accédants à accéder à la propriété.

Le gouvernement tente aujourd’hui par tous les moyens de relancer la construction. Afin de tenir ses engagements il doit créer 500 000 nouveaux logements, chaque année. Si quelques leviers ont déjà été actionnés, Michel Cousin, le président de SOPIC, suggère lui, une nouvelle mesure choc qui constitue une initiative intéressante.

Agir de façon différente.

Dans l’un des récents numéros des Échos, le président de cette société de promotion immobilière confie son inquiétude à propos de la relance de la construction qui se fait attendre. Selon lui, cela serait dû à l’absence de véritables mesures efficaces, il pense qu’il est temps de créer de nouvelles mesures, qui n’auraient elles que peu d’incidence sur le budget de l’état.

Les achats des primo-accédants en baisse.

Une étude récente montre que les primo-accédants, sont de moins en moins nombreux à effectuer leur premier achat, du fait d’un trop faible apport, pour pouvoir prétendre à un prêt immobilier. Pourtant, les taux de crédit sont actuellement bas, et ne sont donc pas un frein à l’investissement dans une résidence principale. Face à cela, Michel Cousin propose une mesure qui n’aurait quasiment aucun impact sur le budget du gouvernement. A savoir, permettre aux parents de faire une donation à leurs enfants, en dehors de tous droits de succession, à condition que les enfants investissent en contrepartie, dans une construction immobilière.

Faciliter l’investissement avec les dons familiaux.

Cette nouvelle disposition, si elle était adoptée, permettrait tant aux parents qu’aux grands-parents de donner jusqu’à 150 000 € à Paris, et jusqu’à 120 000 € en province à leurs enfants et petits-enfants, sans aucun droit de succession à régler. Pour que l’exonération soit applicable, les bénéficiaires de la donation devront apporter la preuve du financement d’une construction immobilière, ou de l’achat d’un bien neuf en VEFA (vente en état futur d’achèvement).
Selon lui, cette mesure pourrait être un véritable levier de croissance pour le marché de l’immobilier neuf, bien moins onéreux pour le gouvernement que le prêt à taux zéro.

Crédit immobilier
Obtenez le taux le plus bas !
Et réalisez votre projet immobilier
Démarrer l’étude
Étude gratuite et sans engagement